Actualités

Début et rémunération en diagnostic immobilier

L'engouement pour la profession de diagnostiqueur immobilier ne se tarit pas même si certains professionnels multiplient les alertes sur l'avenir. Certifications et re-certifications ont un coût certes, mais c'est loin d'être le seul. L'assurance en RC Pro devient un poste budgétaire de plus en plus important au fur et à mesure que les recours augmentent proportionnellement au nombre de diagnostics à réaliser. Matériel, formation, certification, assurance et charges sont à cerner avant d'envisager de demeurer un petit cabinet de diagnostics, rejoindre une franchise ou se faire salarier.

 

L'investissement de départ du diagnostiqueur

Les pré-requis étant ce qu'ils sont : Bac+2 et expérience dans le bâtiment peuvent être complétés par des formations (universitaires, GRETA, alternance, entreprise...) de 1 à 5 jours jusqu'à 2 à 3 mois environ en général n'ont pas un coût exorbitant (5 000 € à 9 000 € environ) d'autant plus qu'il existe des aides à la formation : Congé Individuel de formation (CIF), Congé de Formation Professionnelle, Compte Personnel de Formation (CPF), Aide Individuelle à la Formation...

 

A savoir : C'est la certification au DPE (Diagnostic de Performance Énergétique) qui réclame les pré-requis les plus importants : diplôme bac+2 dans le domaine des techniques du bâtiment – ou - une expérience professionnelle de 3 ans en tant que technicien, agent de maîtrise du bâtiment ou dans des fonctions d'un niveau professionnel équivalent – ou – justification d’un titre ou une certification de qualification professionnelle de niveau équivalent acceptés par l'organisme de certification en remplacement du diplôme. Mais ces pré-requis ne sont valables que pour se présenter à la certification au DPE 'sans mention' ce qui limite le champ d'activités au résidentiel. Pour pouvoir effectuer des DPE en tertiaire, le diagnostiqueur doit être certifié 'avec mention' ; or cette certification requiert une expérience professionnelle de 1 à 3 ans en fonction du diplôme universitaire obtenue (1 an pour bac+5, 2 ans pour bac+3, 3 ans pour bac+2).

 

Pour la/les certification(s), en fonction du/des champs dans lequel(s) on souhaite exercer ses activités (résidentiel, tertiaire, ERP, IGH) il faut compter un budget de 5 000 € à 9 000 € environ en sachant que la certification est obtenue par 90% des candidats pouvant s'y présenter car les pré-requis obligatoires ont déjà effectué une sélection.

 

Le matériel et les équipements ont un coût de plus en plus important d'autant plus que le diagnostiqueur souhaite intervenir sur tous les domaines du diagnostic immobilier. Il faut alors investir dans des appareils d'analyse et de mesure, des EPI, de l'informatique et des logiciels juste pour pouvoir exercer son métier...à domicile.

Car pour trouver des clients, pour se déplacer et traiter les résultats des diagnostics, il faut alors de la communication, un véhicule et des capacités de traitement des devis, commandes, rapports, interfaces clientèle,etc.

 

Le cas de l'assurance RC Pro : C'est un budget qui croît de plus en plus dans les frais du diagnostiqueur immobilier. Il y a quelques temps on trouvait encore des assurances en responsabilité civile professionnelle suffisantes pour exercer (300 000 euros par sinistre et 500 000 euros par année d’assurance selon l’article R271-2 du Code de la construction et de l’habitation à bien moins de 1 000 € de cotisation par an. Mais au fur et à mesure que le nombre de diagnostics à réaliser augmente, le nombre de fautes, erreurs, accidents et donc recours judiciaires augmente proportionnellement. Les assureurs ajustent en conséquence le montant des primes qui atteint plutôt 1 500 € à 2 500 € l'an que l'on soit seul ou en cabinet et selon si on assure également son matériel et ses locaux.            

    

Diagnostiqueur immobilier à son compte, franchisé ou salarié ?

S'installer seul en tant que diagnostiqueur immobilier est tout à fait envisageable que l'on choisisse d'exercer en libéral ou de fonder son entreprise. La création d'une société commerciale peut se faire aussi bien en entreprise individuelle qu'en EURL ou en SARL, chaque statut ayant ses avantages et ses inconvénients. Si l'exercice en libéral est possible et courant, il ne faut pas perdre de vue que le métier de diagnostiqueur présente des risques particulièrement importants (malgré les assurances RC Pro) et que le patrimoine personnel d'un artisan libéral n'est pas protégé.

 

La franchise en diagnostics immobiliers séduit de nombreux candidats d'autant plus qu'une quinzaine d'enseignes recrutent des franchisés un peu partout en France. Pour les 3 franchiseurs qui tiennent le haut du palmarès en termes de nombre d'implantations, l'investissement minimal oscille entre 30 000 € et 40 000 € environ.  A apport minimal équivalent ou presque, des franchiseurs promettent un CA réalisable après 2 ans de 100 000€ (courant) à étonnamment plus du double (215 000 €).

 

Franchisé, créateur d'entreprise ou libéral, la rémunération du diagnostiqueur immobilier va dépendre de son volume d'activité qui est fonction de sa capacité à réaliser un nombre suffisant de diagnostics dans le plus de domaines possibles afin de toucher le maximum de clientèle qu'il lui faudra attirer et avec qui communiquer. Ces exigences peuvent être confiées à des plate-formes professionnelles (site web, générateur de devis, télésecrétariat, e-commerce, serveur dédié, marketing et extranet qui sont nos spécialités.  

 

En tant que salarié, la rémunération moyenne d'un ODI (Opérateur en Diagnostics Immobiliers) est comprise dans une fourchette de 1 500 € à 1 700 € mensuels nets ce qui avoisine les 21 000€ à 26 000€ bruts par an.Source Diagnostiqueur-immobilier.fr 

 


  • SITE WEB PARFAIT
    Publié le 04/12/2016 par DEPANNAGE TV PC SAT

© AROBIZ - Agence web & marketing
Tous droits réservés - Politique de confidentialité

Société anonyme au capital de 100 000 EUR
Immatriculée au RCS de Bayonne sous le numéro unique d'identification 490 097 888

Remonter