Actualités

Le repérage amiante à bord des navires

Pour beaucoup de diagnostiqueurs immobiliers, l’amiante est un réel problème dans l’immobilier certes mais d’autres secteurs sont largement aussi concernés que le bâtiment.

A l’heure où vient de s’ouvrir l’accréditation pour le repérage et l’évaluation de l’état de conservation des matériaux et produits contenant de l’amiante à bord des navires, une extension de compétences peut être à envisager car l’amiante à longtemps été incontournable à bord des navires.

Pourquoi de l’amiante dans les navires ? Où la trouver et sur quels bateaux ? Quelle accréditation pour quel repérage ?

 

L’amiante largement employée en construction navale

C’est en raison de ses excellentes propriétés d’isolation thermique que l’amiante a été largement employée en construction navale. Un navire quelle que soit sa taille rassemble toujours de nombreux équipements et machines dégageant de la chaleur alors que juste de l’autre côté d’une cloison se situent des locaux de vie qu’il faut isoler thermiquement.

A la différence d’une construction terrestre, sur un navire on ne dispose pas de l’espace suffisant pour réaliser une isolation épaisse et il a donc fallu employer des matériaux fins à fort pouvoir isolant thermique et apte à contenir des températures élevées, ce que l’amiante permet.

Or, sur un navire et d’autant plus lorsque sa longueur est importante on rencontre de nombreuses sources de chaleur telles que les machines (moteurs), les auxiliaires (groupe électrogène, bouilleur, guindeaux, réchauffeur…) et les cuisines.

Il faut savoir en outre qu’à bord d’un navire on trouve des combustibles, des matières inflammables voire des armes sur un navire de guerre ou des cargaisons dangereuses sur un navire de commerce et qu’en conséquence le risque le plus redouté à bord d’un navire n’est pas le naufrage mais l’incendie.

A savoir : Sur un navire en acier comme un navire de guerre, un cargo ou un paquebot, si l’acier est ininflammable ce sont les couches de peinture accumulées qui représentent un risque important de propagation d’un incendie. C’est pourquoi il a fallu isoler thermiquement toutes les nombreuses sources de chaleur afin d’éviter l’échauffement des surfaces peintes.

En général, tous les navires construits avant l’interdiction d’emploi de l’amiante (1997) sont susceptibles d’avoir reçu des isolants à base d’amiante. Il s’agit donc aussi bien des navires de guerre que de commerce, que de pêche ou de plaisance quel que soit leur type de navigation maritime et/ou fluviale.

De la vedette ou du voilier au paquebot, du chalutier à la péniche tous peuvent avoir de l’amiante à bord à la construction ou lors d’un entretien si celui-ci n’a pas fait l’objet de repérage dans les délais réglementaires stipulés sur le décret.

 

L’obligation de repérage d’amiante à bord des navires

L’obligation de repérage d’amiante est édictée par le Décret n° 2017-1442 du 3 octobre 2017 qui impose aux armateurs des navires battant pavillon français une obligation de recherche initiale d'amiante et de faire réaliser, si nécessaire, des travaux de mise en sécurité ou un suivi de l'état des matériaux et produits en place. Le repérage amiante à bord est obligatoire au 1er juillet 2018 pour tous les navires embarquant au moins un travailleur (gens de mer) soit tous les navires de commerce (mer et eaux intérieures) mais aussi beaucoup de navires de pêche ou de plaisance.

A savoir : Pour les navires de pêche de moins de 12 mètres et les navires de plaisance concernés, la date butoir de réalisation du repérage amiante est repoussée au 1er janvier 2019.

 

Quelle accréditation pour quel repérage amiante à bord ?

Les opérateurs souhaitant effectuer les repérages amiante doivent ici-aussi obtenir la certification d’un organisme accrédité par le COFRAC qui vient d’être ouverte au 2 février 2018. Outre le repérage initial, d’éventuelles mesures d’empoussièrement de l’air par fibres d’amiante pourront être à réaliser et le tout devra être consigné dans un dossier technique comparable au DTA

Comme pour un bâti, le dossier technique amiante du navire sera impérativement à communiquer par le capitaine du navire à tout intervenant ayant à effectuer des opérations de maintenance à bord.

Pour les diagnostiqueurs souhaitant effectuer ces repérages, la grille d'évaluation et le contenu du rapport de repérage de l'amiante à bord des navires sont définis par l’Arrêté du 20 décembre 2017.


© AROBIZ - Agence web & marketing
Tous droits réservés - Politique de confidentialité

Société anonyme au capital de 100 000 EUR
Immatriculée au RCS de Bayonne sous le numéro unique d'identification 490 097 888

Remonter