Actualités

Inviter plus de radon dans nos maisons ?

On le sait et on parle de plus en plus de ce risque radon depuis que la circulaire européenne Euratom a réduit les seuils limites d’exposition. L’ERNMT, puis l’ESRIS, ont pris ou prendront en compte le risque radon dans l’information obligatoire à fournir aux acquéreurs et locataires d’un logement voire de tout bien immobilier.

Alors que la France revoit sa cartographie du risque radon afin de prévenir au mieux ses habitants, aux États-Unis la polémique se créée entre ceux qui fuient le radon à tout prix et ceux qui l’invitent insidieusement chez eux.

En effet, même dans les zones où l’émissivité en radon du sol est faible, certaines constructions émettent du radon en raison de la qualité et de la provenance des matériaux. Le granit notamment est le sujet actuel qui fait débat outre Atlantique en raison de taux d’émissivité en radon parfois bien trop élevés.

Uranium et radium comme géniteurs du radon

La radioactivité est un phénomène naturel. Bien avant qu’on la découvre sur Terre, la radioactivité faisait déjà partie des éléments naturels aussi bien sur notre planète que dans l’univers.

De nos jours, la radioactivité est presque partout dans les roches du sol, dans le bombardement cosmique, dans l’industrie, dans nos appareils de mesure et de diagnostics voire un temps dans la fluorescence de nos cadrans.
Ainsi que l’on soit diagnostiqueur immobilier employant un analyseur de plomb, un médecin ou un dentiste faisant passer des radios ou un simple quidam, nous sommes tous à des degrés divers exposés à la radioactivité industrielle ou naturelle.

L’uranium et le radium sont des isotopes qui dégagent des particules radioactives dont celles classées comme particules ‘alpha’ que le radon véhicule.
Pour mémoire, les rayons connus comme les plus dangereux sont à l’autre extrémité du classement, donc de l’alphabet, il s’agit des rayons X que l'on emploie en radiologie. Même si les particules radioactives A (Alpha) n’ont qu’une faible portée et qu’une durée de vie très courte, le problème pour la santé naît surtout de leur inhalation et/ou de leur ingestion d’autant plus que la quantité absorbée est importante ou la durée d’exposition prolongée.

Des risques certains mais difficilement quantifiables

Si toutes les communautés scientifique et médicale en sont apparemment persuadées, l’ingestion ou l’inhalation des particules radioactives du radon sont nocives voire mortelles, il reste à en quantifier le risque en fonction de la durée d’exposition et au niveau d’irradiation.
A cet égard, on note justement qu’ont été édictées des VLEP (Valeurs Limites d’Exposition Professionnelle) ainsi que des recommandations de seuils d’exposition (Code du travail article R 4451-136 et Arrêté du 7 août 2008).

Si, en France, il n’existe pas de limite réglementaire d’exposition au radon applicable aux habitations, il n'existe qu'une valeur recommandée mais sans contrôles à effectuer. Suite aux recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la Commission européenne et la France ont retenu la valeur de 300 Bq/m³ (Becquerels par mètre-cube) comme recommandation applicable.
Par contre, il existe des obligations de mesures et de contrôles dans les ERP, les établissements scolaires, thermaux, pénitentiaires et médico-sociaux avec fonction d’hébergement (hôpitaux, maisons de retraite), lorsque ceux-ci sont implantés dans une zone à risque radon, le Code de la santé publique (articles R 1333-15 et R 1333-16) ainsi que l’Arrêté du 22 juillet 2004 imposent que soient effectuées des mesures de radon tous les dix ans, et lors de travaux entraînant une modification substantielle des bâtiments.

Pour mémoire, en Espagne, un cancer du poumon a bel et bien été déclaré comme maladie professionnelle ce qui prouve que le risque radon est bel et bien présent dans de nombreuses activités. Pour mémoire, la victime était directeur de musée et non un mineur ou tunnelier amené à travailler sous terre. Voir l'article.

Le radon chez soi et la polémique du granit

Dans son site consacré au radon chez soi, l'IRSN, recense notamment comme risques d'infiltration du radon dans les habitations le sol donc les espaces en sous-sol (caves, vides sanitaires...) et dans une moindre mesure des matériaux de construction et l’eau de distribution.

Les parties directement en contact avec le sol étant celles à travers lesquelles le radon entre dans le bâtiment avant de gagner les pièces habitées, son infiltration étant facilitée par des défauts d'étanchéité des gaines traversant les dalles, la présence de fissures, etc.

Ce qui apparaît dorénavant comme une polémique à laquelle il paraît judicieux de s'intéresser, c'est celle qui naît aux États-Unis notamment et qui s'attaque au granit. Fortement chargé par nature en uranium et en radium (éléments radioactifs), le granit serait un considérable apporteur d'émissivité en radon dans des maisons qui n'en contenaient pas jusqu'à son introduction. 

Même si la plupart des spécialistes considèrent que l'émissivité en radon des plans de travail de cuisine (notamment) en granit reste modérée et sans aucune mesure avec celle des sols en zones radon, il n'empêche que selon l'article du New York Times « avec une régularité croissante au cours des derniers mois, l'Agence de protection de l'environnement a reçu des appels d'inspecteurs du radon ainsi que des propriétaires concernés sur les comptoirs en granit avec des mesures de rayonnement plusieurs fois supérieures aux niveaux de fond ».

Ainsi, en attendant la très espérée évolution de la réglementation radon en France, on peut déjà se poser la question à quel point le granit peut augmenter la concentration en radon de l'air intérieur. Il semble qu'à cet égard, le débat soit bien surtout alimenté d'un côte par les marbriers et producteurs de granit et de l'autre par les concepteurs de plans de cuisine en matériaux synthétiques qui sont en concurrence féroce.

A quand la prise en compte de l'émissivité en radon dans l'étiquette QAI des produits et matériaux d'aménagement de la maison comme c'est le cas pour les formaldéhydes, COV, benzène,etc.

 


© AROBIZ - Agence web & marketing
Tous droits réservés - Politique de confidentialité

Société anonyme au capital de 100 000 EUR
Immatriculée au RCS de Bayonne sous le numéro unique d'identification 490 097 888

Remonter