Actualités

Q19 : Un autre aspect de la thermographie

Tout diagnostiqueur immobilier connaît l'avantage certain de la thermographie par infrarouge afin de mettre immédiatement en évidence les pertes thermiques d'un bâti donc les ponts thermiques et les défauts d'isolation.

Un autre aspect de la thermographie qui est de plus en plus demandé est le certificat Q19 que les assureurs réclament majoritairement pour des ateliers et locaux professionnels.

Pour les particuliers, et notamment les acheteurs de biens immobiliers anciens, le contrôle Q19 ou son équivalent pour le résidentiel est un excellent complément au diagnostic électrique qui peut éviter bien des déboires sur une installation ancienne même en partie rénovée.
 

Qu'est ce que le certificat Q19 ?
 

L'évolution prochaine du contrôle Q19 ?
 

Et comment devenir contrôleur certifié D19 ?

 

La légitimité de la thermographie infrarouge

A la base, la thermographie par caméra thermique est surtout un moyen simple, rapidement mis en œuvre, étonnamment facile et rapide pour obtenir des informations précises sur la température et les différences de température. En une simple visée, aussi bien sur un élément du bâti (huisserie, liaison, conduite...) que sur une partie ou l'ensemble d'une construction (toiture, pignon, façade...) on visualise la localisation et l'importance des échanges thermiques.

Compacte et légère, la caméra thermique s'emporte partout, aussi bien portée à la main, qu'en élévation par ballon captif, qu'en avion ou, depuis peu et c'est à la mode, par drone.

Arrivée peu de temps après la technique d'infiltrométrie par porte soufflante (blower door) désormais obligatoire pour la qualification BBC (Bâtiment Basse Consommation) rendue obligatoire par la RT2012, la thermographie infrarouge passe de technique complémentaire à opération requise grâce au certificat Q19 et à la demande croissante des assureurs.

 

Qu'est-ce-que le Q19 ?

Le certificat Q19 est un contrôle par thermographie infrarouge d'élévations anormales de température sur des connecteurs ou des réseaux électriques apparents ou masqués. Tout desserrement de connecteur, mauvais sertissage de cosses ou défauts d'isolation électrique engendre des élévations de température que ce soit par induction (hystérésis et courant de Foucault) et/ou par formation d'arcs électriques.

En visualisant les températures des connecteurs et parties de réseaux sous tension, l'opérateur de caméra thermique peut détecter toute température anormale et ainsi prévenir un échauffement plus important susceptible de créer des dégâts voire un départ de feu.

 

Ce sont les assureurs qui réclament de plus en plus souvent le certificat Q19 avant d'assurer un risque dans des locaux (professionnels pour le moment). Les risques à couvrir requérant souvent un certificat Q19 sont aussi bien ceux des locaux tertiaires (ateliers, usines...) que ceux des machines fonctionnant dans ces locaux (presses, rotatives, métiers à tisser...) et portent tout autant sur la valeur des biens que sur les pertes d'exploitation dues à des pannes ou des incendies.

 

Le Q19 bientôt dans le résidentiel en complément du diagnostic électrique et du DTG ?

Comme complément du diagnostic électrique, le Q19 (ou son équivalent domestique) permet d'enquêter sur le comportement des conducteurs noyés dans la maçonnerie ou masqués dans une paroi. Si le diagnostic électrique renseigne bien sur l'état des terminaisons de la distribution (tableau, interrupteurs, prises...), toute installation ancienne peut avoir été rénovée partiellement sans que les fils électriques noyés n'aient été vérifiés et remplacés au besoin.

La visualisation d'élévation anormale de température dans une cloison permet alors de déterminer et de localiser d'éventuelles connexions incertaines et défauts d'isolation. C'est particulièrement recommandé lorsqu'on réaménage des locaux sans revoir la distribution électrique pièce par pièce alors qu'un circuit secondaire peut rapidement se retrouver surchargé (prises supplémentaires, chauffage d'appoint, sur-équipement électroménager...). 

 

En immeuble collectif, alors que les audits de copropriété sont de plus en plus à la mode, le contrôle Q19 permettrait aux copropriétaires de connaître le comportement du réseau de distribution électrique dans les parties communes, ce qui est un excellent complément au DTG (Diagnostic Technique Global) de 2017.

 

A savoir : A l'heure actuelle, la certification Q19 de « mesure de la température en fonctionnement des appareils de commande, de coupure et de protection, de contrôle et des différents éléments composant une installation électrique en milieu industriel» ne porte que sur le milieu industriel (à l'image du Q18 qui ne porte lui que sur les locaux à risques d'explosion ou d'incendie). Mais tout comme le consuel (jaune, vert ou bleu) , il n'est pas exclu d'éditer plusieurs niveaux de contrôle Q19 ou équivalent en fonction du type de bâtiment. 

 

Comment devenir contrôleur Q19 ?

Il ne suffit pas de posséder et de savoir exploiter une caméra thermique pour devenir contrôleur D19, tout comme il ne suffit pas de savoir remplir un 3CL-DPE pour être diagnostiqueur immobilier

Une attestation Q19 de contrôle d'installations électriques par thermographie infrarouge reconnue par les assurances ne peut être délivrée que par un opérateur ayant suivi la formation APSAD D19

 

La qualification APSAD D19 et la méthode Q19 ont été élaborées par le CNPP (Centre National de Prévention et de Protection) en partenariat avec la Fédération Française de l'Assurance (FFA). La liste des opérateurs diplômés en thermographie infrarouge est disponible dans l'annuaire du CNPP.


© AROBIZ - Agence web & marketing
Tous droits réservés - Politique de confidentialité

Société anonyme au capital de 100 000 EUR
Immatriculée au RCS de Bayonne sous le numéro unique d'identification 490 097 888

Remonter