Actualités

Un cancer dû au radon reconnu comme maladie professionnelle

Non, ce n’est pas en France mais c’est en Europe et au plus proche de nous puisque c’est en Espagne. La Sécurité Sociale espagnole (Seguridad Social) a récemment reconnu comme maladie professionnelle le cancer du poumon qu’a déclaré le directeur du musée archéologique de San Anton.

Une première en Europe qui fait écho aux campagnes massives de détection du radon dans les habitations entamées auprès des particuliers dans d’autres pays européens dont la Belgique et le Luxembourg. 

Alors que dans de plus en plus de pays européens sont proposés à moindre coût des kits de mesure du taux de radon dans les maisons, la France semble bien en retard tandis que le décret d’application obligeant de notifier le risque radon par région n’est pas encore publié afin que le risque radon soit inclus dans l’ERNMT (État des Risques Naturels, Miniers et Technologiques).

La maladie professionnelle causée par le radon

Tout comme l’amiante, le radon attaque les poumons qu’il lèse jusqu’au seuil du cancer. C’est ce qu’il s’est passé malheureusement pour José Maria Bello qui a travaillé de 1996 à 2010 dans le château où est abrité le musée dont il était directeur.

Or, en 2010, l’année de son départ en retraite, ont été mesurés dans ce château des taux de radon largement supérieurs à la norme puisque compris entre 1 600 et 2 900 Bq/m³ (Becquerels par mètre-cube d’air) alors que le Conseil de sûreté nucléaire espagnol autorise (tout comme l’Europe) le seuil de 1 000 Bq/m³ pour les lieux de faible occupation (moins d’1 heure par jour) et 400 Bq/m³ (même 300) pour les locaux de haute permanence (plus d’1 heure par jour).

Ainsi au vu des phénoménales quantités de radon inhalées et le taux de radioactivité stocké au fil du temps dans les poumons de José Maria Bello, il est malheureusement cohérent que ce soit déclaré une néoplasie pulmonaire, une autre forme de cancer du poumon que l’asbestose ou mésothéliome dû à l’exposition à l’amiante. Source La Opinion

Le risque radon et sa prévention

Il existe en France également les mêmes valeurs limites d’exposition au radon qu’en Espagne et qu’en Europe soit les 400 Bq/m³ notamment pour les locaux de haute permanence et 1 000 Bq/m³ pour les volumes peu fréquentés.

En France, dans les ERP, les établissements scolaires, thermaux, pénitentiaires et médico-sociaux avec fonction d’hébergement (hôpitaux, maisons de retraite), lorsque ceux-ci sont implantés dans une zone à risque radon, le Code de la santé publique (articles R 1333-15 et R 1333-16) ainsi que l’Arrêté du 22 juillet 2004 imposent que soient effectuées des mesures de radon tous les dix ans, et lors de travaux entraînant une modification substantielle des bâtiments.

Dans les lieux de travail, c’est le Code du travail (article R 4451-136) ainsi que l’Arrêté du 7 août 2008 qui obligent les employeurs à effectuer des mesures tous les cinq ans dans les lieux souterrains où interviennent certains professionnels (tunnels routiers et ferroviaires, grottes d’intérêt scientifique ou touristique…).

Dans ces lieux, entre 400 Bq/m³ et 1 000 Bq/m³, les responsables doivent prendre des mesures pour réduire l’exposition des personnes. Au-delà de 1 000 Bq/m³, des mesures doivent être prises « sans délai ».

Selon l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) : Il faudra attendre février 2018 pour que la directive européenne 2013/59/Euratom, qui fixe les normes de base en matière de radioprotection, abaisse à 300 Bq/m³ le niveau de référence du seuil d’action en Droit Français contre le radon. Cette directive encourage le recensement des logements dans lesquels les concentrations de radon dépassent ce niveau de référence et la mise en œuvre des mesures d’abaissement (ce que Belgique et Luxembourg ont fait en distribuant des kits radon à 20€).

D’ici là, il est prévu de prendre en compte le radon dans la qualité de l’air intérieur (QAI) et d’entamer à court terme (déjà dépassé) un nouveau plan national d’actions pour la gestion du risque lié au radon.

A savoir : En attendant son application totale (en février 2018) , la Directive 2013/59/EURATOM du 5 décembre 2013 voit tout de même des dispositions législatives transposées par en Droit Français par Ordonnance n° 2016-128 du 10 février 2016 portant diverses dispositions en matière nucléaire (articles 38 et 40) et par la Loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé (article 49)

En attendant les kits radon

Promis par certaine ministre un temps, les kits de mesure des taux de radon ne sont toujours pas apparus en France ni dans les écoles maternelles ni ailleurs.

Il existe bien une liste des 31 départements à forte émissivité de radon sur laquelle se base la législation en vigueur mais rien quant à des édifices anciens comme ce château espagnol construit parfois avec des pierres importées souvent d’autres sols parfois à forte émissivité.

En outre, comme le signale également l’état, cette liste des 31 départements prioritaires est aujourd’hui en cours de révision afin de revoir cette cartographie à l’échelle communale.

Partout en France, à moins d’acheter à prix fort un analyseur de radon ou un compteur Geiger, il est conseillé de faire appel à un diagnostiqueur immobilier apte à mesurer l’intégralité de la QAI (Qualité de l’Air Intérieur) et le taux de radon aussi bien dans son logement que sur son lieu de travail….

Si l’amiante devient le plus grand scandale sanitaire qu’ait jamais connu la France, il serait insupportable que le radon le talonne un jour de près.

Les départements en question (en attente de révision et de liste communale):

 


© AROBIZ - Agence web & marketing
Tous droits réservés - Politique de confidentialité

Société anonyme au capital de 100 000 EUR
Immatriculée au RCS de Bayonne sous le numéro unique d'identification 490 097 888

Remonter