Actualités

Un site Internet bien conçu

3ème et dernier volet de notre dossier "Site Internet Diagnostiqueur"

Consulter le 1er volet : cliquez-ici
Consulter le 2ème volet : cliquez-ici
 


 

Œuvrant en permanence, tout au long des années et 24 heures sur 24, le site Internet est visible, communiquant et performant pendant que le diagnostiqueur immobilier est sur le terrain ou à la rédaction des comptes-rendus et de l’administratif.

Libéré des soucis de démarchage de la clientèle, le diagnostiqueur immobilier peut se consacrer en permanence à son activité sans crainte de voir son volume d’activité baisser en raison d’un manque de visibilité sur le marché. Mais pour cela, il faut que le site Internet soit attrayant pour la clientèle.

Un site bien conçu est un site qui combine :

  • L’efficacité du message qui doit être didactique et informatif,
  • L’attrait du design rend le véhicule du message attrayant et agréable,
  • La navigation qui permet à l’internaute de trouver le message attendu,
  • Le contenu rédactionnel. Qui doit être riche et surtout actualisé pour rester vivant,
  • L’interactivité permettant d’obtenir des informations explicites et détaillées,
  • Le référencement qui devrait venir en premier car de lui dépend la visibilité du site.


1. L'efficacité du message

L’internaute qui cherche un site de diagnostics immobiliers n’y vient pas par hasard. Il s’agit le plus souvent d’un particulier ou d’un professionnel cherchant un prestataire d’un service obligatoire. Or les sites sont le plus souvent très didactiques au détriment d’une information ciblée vers les différents acteurs de l’immobilier.

Les pages par activité dédiées aux notaires, aux agences ou aux particuliers, mais encore plus celles orientées vers les syndics et syndicats de copropriétaires sont les plus demandées. Les pages Internet recensant les obligations par type d’activité ou de position par rapport aux biens immobiliers (particulier, vendeur, bailleur, syndic, promoteur…) sont les plus consultées et bien souvent conservées en marque-page en vue d’une recherche ultérieure.

  • L’efficacité d’un message est considérée comme excellente lorsque l’internaute la conserve en mémoire pour une prochaine consultation puisque l’internaute est fidélisé.
     

2. L'attrait du design

Un design attirant est le plus souvent souhaité par le diagnostiqueur immobilier qui souhaite se démarquer de la concurrence et personnaliser son pas-de-porte virtuel ; mais attention à la surenchère qui estompe le message.

Si l’interactivité est requise, il ne faut jamais tomber dans le piège des animations à outrance et des boîtes à clics qui animent le site mais diluent l’information. Entre convivialité et professionnalisme, le design mais surtout la mise en page du site et de chaque page du site doit être un juste milieu.

En outre, il existe une mode sur Internet qui permet au premier coup d’œil de dater la publication. Faire le choix d’un site « à la mode » des nouveaux logiciels de conception consiste à prendre le risque que le site soit démodé et donc de moins en moins attractif.

  • L’architecture du site doit attirer sans divertir, le recours à un professionnel permet d’explorer les récentes possibilités pour combiner au mieux attractivité et cohérence.
     

3. La navigation

La navigation au sein d’un site doit capter l’internaute sans jamais le rebuter. S’il lui a été facile de venir sur le site grâce au référencement, l’internaute (qui est un futur client) doit y trouver facilement l’intégralité des informations nécessaires. Là encore, c’est le conseil de l’architecte web qui doit permettre de quantifier le nombre de pages du site et de les organiser en fonction de l’activité commerciale et des prospects à conquérir. Le problème récurrent de nombreux diagnostiqueurs est qu’un architecte web est rarement familiarisé avec les diagnostics immobiliers et l’évolution attendue de la réglementation, or le diagnostic immobilier est complexe (voir le nouveau diagnostic amiante) et le site doit être organisé en conséquence et en prévision de son évolution.

  • Attention au nombre de pages qui doit permettre une navigation détaillée sans perdre l’internaute, une réelle stratégie doit être étudiée.
     

4. Le contenu rédactionnel

Le contenu est la portion de texte que comporte chaque page, c’est du texte et uniquement du texte. La rédaction doit être informative, créative et attrayante pour le lecteur mais aussi pour les moteurs de recherche beaucoup plus exigeants que le lecteur.

Informative et attrayante car c’est le seul véhicule de l’information en vigueur que recevra le prospect sur l’entreprise et sur les services ; la rédaction peut inclure les références éventuelles des textes légaux, les durées de validité mais doit éviter deux pièges : la copie (copywriting) et le duplicata (duplicate content).

La copie d’un site existant (copywrite) n’apporte aucun ‘plus produit’ au site du diagnostiqueur mais peut également le faire tomber sous le coup d’une accusation pour plagiat. Reprendre un texte existant est une infraction qui se règle dans le meilleur des cas par l’obligation de retirer les textes et dans le pire à un procès.

Le duplicata (duplicate content) quant à lui est une reprise (des textes légaux par exemple), qui en plus de ne véhiculer qu’un message archi-connu fait perdre tout intérêt au site par son plus fidèle lecteur qu’est le moteur de recherche « maître du référencement ». Un site copieur sera toujours moins bien référencé que le site original et arrivera donc plusieurs pages plus loin dans les résultats des recherches.

La rédaction doit attirer et fidéliser la clientèle tout en séduisant les moteurs de recherche.

  • S’il n’est pas difficile de trouver un rédacteur sachant maîtriser l’orthographe et la grammaire, il doit posséder la SEO et surtout connaître les spécificités du métier d’ODI et la réglementation en vigueur avec une indispensable veille juridique sur les évolutions de la profession.

     

5. L'interactivité

L’interactivité peut être limitée sur un site commercial présentant les activités de l’entreprise. Pour le diagnostic immobilier il est néanmoins nécessaire voire indispensable que le visiteur-prospect puisse avoir un formulaire contact ou une case de rappel immédiat. Dans l’activité d’ODI, le temps est un facteur décisif à l’acte d’achat.

Un visiteur qui est séduit par le site et son contenu doit pouvoir obtenir immédiatement une information requise que ce soit en ligne, par mail ou par téléphone mais sans jamais avoir à quitter le site.

D’autre part, l’accès à un serveur extranet où le client dispose de son espace personnel est le minimum attendu pour accrocher et fidéliser une clientèle professionnelle amenée à gérer un parc immobilier important.

  • Le serveur extranet est le minimum d’interactivité attendu par le futur client ; l’interface d’e-mailing et/ou le rappel automatique sont la base de la plate-forme communicante du site. Sans interactivité, un site n’est que la vitrine d’un magasin fermé.

     

6. Le référencement

Aussi bien et complet qu’il soit, un site n’est visible par les moteurs de recherche qu’au travers du référencement. De la qualité du référencement dépendra la place du site sur la page de résultats d’une recherche sur l’écran du prospect. La première page est celle où dans l’idéal il faudrait figurer.

Le référencement est une tâche à part entière qui demande une bonne connaissance des moteurs de recherche, de l’évolution des algorithmes sur lesquels se base leur balayage du web et surtout un travail important en amont lors de la rédaction du contenu puis lors de la publication.

  • Si le site Internet est la vitrine de l’enseigne, à quoi bon décorer la devanture si le magasin est invisible au fond d’une impasse obscure dans un quartier abandonné sans enseigne ni publicité indiquant sa présence.

 


© AROBIZ - Agence web & marketing
Tous droits réservés - Politique de confidentialité

Société anonyme au capital de 100 000 EUR
Immatriculée au RCS de Bayonne sous le numéro unique d'identification 490 097 888

Remonter