Nos actualités

2017 à 2020, vers la fin du chauffage électrique ?

Selon de très nombreuses probabilités, la prochaine RT2020 risque de mettre un tel coup de frein au chauffage électrique qu'il risque de ne jamais plus redémarrer.

Déjà, avec la RT2012, les convecteurs grille-pain ont été exclus afin d'arriver aux 50 kWhep/m²/an de consommation en énergie primaire moyenne du BBC.
Telle que prise en compte dans les calculs (Bbio et Cep), l'énergie électrique dans l'habitat et le tertiaire ne devra plus être consommée mais plutôt produite par nos maisons.

Obligation de rénovation énergétique à partir de janvier 2017 puis RT2020 bientôt, le BBC sera-t-il la norme dans l'immobilier ancien quand la maison passive sera celle de l'immobilier neuf ? 

 

Le coup du calcul énergie finale/ énergie primaire 

C'est la volonté européenne de réduire la part de l'électricité comme source d'énergie qui est la première cause de cette lente désaffection puis le (presque) coup de grâce infligé par la RT2012.

Par la directive 2010/31/UE du 19 mai 2010 relative à la performance énergétique des bâtiments, a été définie en Europe et donc en France, la notion d'énergie primaire «énergie provenant de sources renouvelables ou non renouvelables qui n’a subi aucun processus de conversion ou de transformation».

Or, l'électricité a nécessité d'abord une production puis des infrastructures impactant l'environnement afin d'être acheminée jusque dans les foyers (avec en plus des pertes en ligne), ce qui se traduit dans l’évaluation de la consommation énergétique d’un bâtiment, par un coefficient de conversion énergie finale/énergie primaire. 
 

Bon à savoir : Comme les consommations sont calculées en 'équivalent pétrole' (ep) : si 1 tonne de pétrole ou de gaz vaut logiquement 1 tonne d'équivalent pétrole, pour l'électricité, 1 kWh d'électricité produite revient à 2,58 kWh d'énergie consommée !

C'est à l'arrivée de la RT2012 que le chauffage électrique a forcément pris un coup dont il aura beaucoup de mal à se remettre. Pour parvenir aux critères du Bâtiment Basse Consommation (BBC), il aura fallu diminuer la quantité d'énergie primaire consommée en jouant sur les deux leviers que sont l’isolation thermique et la performance des appareils de chauffage et de rafraîchissement.

On a réussi à force d'isolants performants et de méthodes drastiques à faire baisser le nombre de kWh d'énergie pour maintenir le confort ; mais il reste qu'un chauffage électrique qui sera de par sa nature 2,58 fois plus consommateur d'énergie qu'un chauffage à combustible fossile aura forcément un fort handicap par nature.
 

 

L'obligation de rénovation énergétique vers l'immobilier ancien tout BBC 

A partir du 1er janvier 2017, tous les travaux de ravalement de façade, de réfection de toiture et d'aménagement de locaux de plus de 5m² de surface sont soumis à une obligation conjointe de rénovation énergétique visant à les amener au niveau de performance énergétique requis par la norme. Référence : Décret n° 2016-711 du 30 mai 2016 relatif aux travaux d'isolation en cas de travaux de ravalement de façade, de réfection de toiture ou d'aménagement de locaux en vue de les rendre habitables.   

Ce qui, à terme, fait que tout logement vendu sera BBC ou du moins pour ses parties rénovées.

Or si on sait que l'obligation s'applique dès que l'on ravale plus de 50 % de la façade ou que l'on rénove plus de 50 % de la toiture et qu'il est quasiment impossible de vendre avec une façade décrépie ou une toiture en mauvais état, on peut raisonnablement se demander quel sera l'avenir de l'immobilier ancien non 'rénové énergétiquement'....

Surtout qu'en cas d'achat en vue de rénovation, le nouveau propriétaire sera lui obligé de financer la rénovation énergétique en plus de son achat. Et dans ce cas, pourra-t-il assurer une isolation thermique suffisante pour contrebalancer le rapport de 2,58 du chauffage électrique par rapport à une autre forme d'énergie ?
 

 

Une isolation thermique au maximum du possible ? 

C'est ce qu'on peut penser en regard des différents retours qui tendent à penser qu'au niveau des isolations thermiques, on ne pourra guère faire mieux, si on n'en a pas déjà trop fait : 

  • D'une part le niveau d'isolation thermique atteint pour obtenir la norme BBC a fini par nuire à un certain confort acoustique (ce qui a été rappelé par Bruit.fr et cité dans cet article).
  • D'autre part, les normes d'étanchéité à l'air ont amené à nuire à la Qualité de l'Air Intérieur (QAI) jusqu'à en faire suspendre un temps les mesures sanitaires prises pour les écoles et les crèches notamment. 
     

 

Et puis l'arrivée de la RT2020 

Si à partir de 2020, les bâtiments neufs devront tous être 'maison passive' comme on s'y attend déjà, ils ne pourront assurément pas être chauffés au chauffage électrique.

Que restera-t-il alors comme marché à l'immobilier ancien non BBC ? Aucun, surtout si le couple chauffage électrique / isolation thermique maximale ne permet plus d'atteindre le niveau de consommation en énergie primaire du BBC qui deviendra alors la norme de l'immobilier ancien.

Alors à l'occasion d'un DPE à réaliser, il est déjà bon de voir plus loin que 2017 et d'anticiper 2020 si l'on souhaite que son bien immobilier reste performant sur un marché bientôt à 2 vitesses : maison passive, BBC ou invendable….


Newsletter

Société anonyme au capital de 100 000 EUR | Immatriculée au RCS de Bayonne sous le numéro unique d'identification 490 097 888

Remonter