Arobiz.com

Rétrospective 2020
par un diagnostiqueur immobilier


Alors que cette année si particulière s’achève bientôt, l’équipe d’Arobiz a souhaité prendre le pouls de la profession en concoctant une interview (un peu décalée) d’un diagnostiqueur immobilier pour connaitre son ressenti sur les « grands » événements de 2020.

Client fidèle depuis 5 ans, nous avons contacté Pierre-Yves Sachot du cabinet House Mesures & Diagnostics à Orléans (45), convaincus que ses talents de commentateur hors pair (Pierre-Yves est très actifs sur les réseaux sociaux), apporteraient encore plus de relief à notre article. Une interview sans filtre donc, et une vision du métier par un acteur de terrain !

Nous profitons de cette rétrospective pour vous souhaiter une très belle fin d’année, en attendant de vous retrouver avec toujours autant de plaisir et de motivation en 2021 !

Pierre-Yves Sachot

Pierre-Yves Sachot
House Mesures & Diagnostics à Orléans (45)

1er  janvier : une bonne année qui s’annonce pour toi et ton cabinet ?

1er janvier... Le début des bonnes résolutions. C’est décidé, cette année je prends LA résolution : je ralentis un peu le boulot et j’arrête de me plaindre. Et avec le petit 2 e attendu pour mai, la famille avant tout !
La boite tourne bien : on est 2, on a du boulot pour 2, c’est impeccable. Pas de grosses évolutions réglementaires cette année, juste quelques ajustements, ça va rouler tout seul ! En plus, les travaux d’aménagement de mon petit bureau débutent bientôt, on va enfin être bien installés.

Février : Le gouvernement annonce un grand plan de lutte contre les punaises de lit, tu en penses quoi ? Est-ce une opportunité pour les diagnostiqueurs ?

ENFIN le gouvernement s’attaque aux vrais problèmes !!! Non mais sérieusement, les punaises... Pourquoi pas les cafards, les araignées, les scorpions et les alligators, tant qu’on y est ! C’est de la discrimination anti-punaises !
Une opportunité pour les diagnostiqueurs ? Pourquoi pas, on en a bien déjà qui vendent directement des kits de prélèvement amiante, plomb dans l’eau, voire radon, aux particuliers...

17 mars : Comment as-tu vécu ce (premier) confinement ?

Avant le 17 mars, il faut que j’évoque les RVDi à Vincennes. Des couloirs vides, mais une rencontre : Emmanuel. Un « jeune » en cours de reconversion, qui me saute dessus sur le stand Démoldiag, pour m’annoncer qu’il est en plein examens, avant de se lancer juste à côté de chez moi... Super, encore un ! Mais le feeling est bon, il a l’air sympa et compétent. Fin de la parenthèse...

Ah, ce 17 mars... Le jour où j’ai envisagé ma reconversion en tant que grossiste en PQ... Le jour où j’ai compris que mon fils allait naître dans un monde étrange... Ça n’a pas loupé : fin avril, les hôpitaux en alerte maximum, un accouchement en mode Covid...

Le jour aussi où le vrai visage du français moyen s’est dévoilé : tous solidaires, mais chacun pour soi ! Comme la plupart des ODI, j’ai voulu céder aux soignants mes masques et mes combis. Comme la plupart j’ai reporté mes interventions. Comme la plupart j’ai mis en place un protocole de reprise. Sauf que certains ne se sont pas gênés pour venir chercher les clients reportés, pour continuer à balader leurs miasmes chez les clients, en diag, en état des lieux, etc. D’autres (enfin un, surtout !) ont même décidé de surfer sur la vague (celle qu’on allait appeler « la première »), pour offrir à chaque commande un masque qui aurait été bien plus utile aux services de secours.

Mais je garde l’espoir dingue que ce genre de personnes ne soit qu’une minorité dans la profession.

Mai/juin : Et la reprise d’activité ?

Côté logistique, les travaux ont avancé, le bureau est enfin livré !

Côté activité par contre… La baffe ! La reprise est fulgurante ! Mai ? Mon plus gros chiffre d’affaires mensuel depuis 2013 ! Au bilan, ce confinement aura été quasiment transparent : les diags avant travaux/démolition et les DTA dans les locaux désertés ont compensé le ralentissement en transaction pendant le confinement. Et l’activité transaction a repris en flèche quasi-immédiatement !

Bonne nouvelle ? Oui et non... Je me retrouve face à un dilemme : j’ai du boulot pour 3, voire 4, et on est que 2. Si ça dure, je vais devoir embaucher, mais le bureau tout neuf sera déjà trop petit !

Oui je sais, j’avais pris la résolution de ne plus me plaindre...


Mai (encore) : la réforme du DPE (et la RE2020) est reportée à 2021, mais qu’en attends-tu réellement ?

Comme toujours depuis bientôt 15 ans : le DPE, je n’en attends rien. Personnellement, je le considère comme un nid à problèmes : un « machin » mal né, jamais fiable... une énième fiabilisation d’ailleurs... mais alors ? À quoi ont servi les précédentes ? Bon maintenant qu’il va servir à faire rentrer des impôts, peut-être qu’ils vont peaufiner le bidule.


21 juin : La Convention citoyenne pour le climat rend son rapport, tu as trouvé ça intéressant ?

J’ai toujours eu du mal avec la « démocratie participative » : demander leur avis sur tout à des gens qui n’y connaissent rien, pour au final ne rien en retenir ou presque…Des « propositions » qui ne sont que du bon sens, rien de révolutionnaire.

1er  juillet : La mention amiante devient obligatoire pour les repérages avant travaux ! Enfin ?

Oui et non. La nécessité de « sélectionner » les opérateurs aptes à réaliser ces repérages très techniques était une évidence, la certification telle qu’elle existe par contre… Je pense à un confrère que je considère comme très compétent, dont la certification avec mention n’a pas été validée en 2019 en surveillance car il ne faisait QUE du RAAT. Aujourd’hui, il n’est plus certifié, alors qu’il passerait maintenant sans problème...


Août : Alors tu as respecté tes bonnes résolutions de l’année en ralentissant un peu pendant l’été, voire en prenant des vacances ?

Ah les vacances... Miraculeusement, cette année, j’ai réussi à me forcer à prendre 2 semaines ! Une semaine à la mer et une autre à la maison. Mais bien sûr, obligé de me ménager un créneau d’1h par jour pour la gestion de la boite. Quand on est à son compte on n’est jamais vraiment en vacances... Par contre, la rentrée, elle, s’est faite sur les chapeaux de roues ! Du boulot à gogo sur tout septembre !



3 septembre : Le Gouvernement annonce son plan de relance. Qu’en as-tu pensé et le trouves-tu à la hauteur des enjeux nationaux, mais aussi de ta profession ?

À titre personnel, pas grand-chose. Pas de besoins particuliers, donc j’ai été servi. Côté pro, pas mal d’aides concernant la rénovation. L’impact sur le diagnostic immobilier restera donc ciblé sur le repérage amiante (et plomb ?) avant travaux. Rien par contre pour booster les mutations, donc les opérateurs spécialisés sur les diags transactionnels ne verront quasiment aucun changement.

Fin octobre/novembre : le confinement épisode 2 ! Comment s’est portée ton activité durant cette période ?

Ah ah !!! (rire jaune)

Comme toujours, j’ai eu du pif ! Souvenez-vous, Emmanuel, le technicien rencontré en mars... Pour faire face à l’activité, soutenue depuis mai, j’ai décidé de l’embaucher à partir d’octobre. Et comme le bureau est trop petit, je signe un compromis pour de nouveaux locaux… juste avant le reconfinement ! Mais bon : toujours positiver, le premier confinement s’est finalement bien passé, on va tenir le coup !

Les prescripteurs ne peuvent plus faire de visites : mécaniquement, après une semaine de confinement, le téléphone commence à beaucoup moins sonner. Quelques coups de fil de négociateurs, mais surtout pour prendre la température générale. On leur remonte le moral comme on peut.

Autant profiter de ce temps libre pour rattraper le retard administratif ! Et retrouver les copains du réseau Démoldiag (séminaire maintenu in extremis, Bravo Stéphane pour l’organisation !!!).

Et comme le positif attire le positif : deux gros marchés de mises à jour de DTA arrivent juste à temps pour m’occuper un peu en locaux inoccupés !

1er  novembre 2020 : La silice cristalline (enfin) classée CMR ! N’est-ce pas là une opportunité pour développer ton activité ?

C’est un bon début. Attendons maintenant de voir comment la réglementation va se mettre en place en terme de repérages. Mais c’est clairement une voie de développement pour nous !

3 novembre : L’élection de Joe Biden. Un avis sur le futur président des États-Unis (et en creux, sur son prédécesseur...) ? Est-ce l’une des seules bonnes nouvelles de l’année ?

Je serais malhonnête en disant que je ne suis pas content de voir partir le gars qui a réussi à relégaliser l’usage (heureusement limité) de l’amiante aux USA. Mais je ne donnerai pas d’avis non plus sur l’arrivée de Biden. Je ne suis pas américain et je ne connais pas assez ce pays pour savoir ce qui est bon ou pas pour les Américains. Même si le monde, je l’espère, se portera certainement un peu mieux sans Trump !

2020 est vraiment une année spéciale. Mais mon côté optimiste me pousse à retenir les bons côtés : la famille se porte bien, j’ai eu la chance de ne perdre personne de ce foutu virus, les premiers vaccins semblent prêts...

31 décembre : Et pour l’année prochaine on te souhaite quoi ?

Gagner à l’Euromillion ? (rire) Non, aucun risque, je ne joue pas.

Plus sérieusement, les projets se bousculent :

  • 2-3 projets avec mon copain Nassere (chut, c’est une surprise !)
  • des développements sur différents domaines, afin d’élargir mon offre (formation, gestion dématérialisée des DTA, pourquoi pas le BIM ?)
  • si on a le droit : des vacances au soleil (enfin !)

Bref, 2021 ne va pas être une petite année !!!
Et bien évidemment, surtout : la santé !!!

Société anonyme au capital de 100 000 EUR | Immatriculée au RCS de Bayonne sous le numéro unique d'identification 490 097 888

Remonter