Nos actualités

Bilan de la rénovation énergétique, l’impact ignoré des diagnostiqueurs immobiliers

Créé en 2019, l’Observatoire de la rénovation énergétique vient de publier son dernier bilan qui présente le panorama des rénovations énergétiques en France. Bien qu’à aucun moment on ne rencontre dans ce dossier les termes de diagnostics immobiliers ou de DPE (Diagnostic de Performance Energétique), bien que l’action des diagnostiqueurs immobiliers n’y soit pas clairement énoncée, les résultats mettent en évidence que les donneurs d’ordre sont bien conseillés.

Or, on ne peut ignorer que le plus souvent les premiers conseils en matière de rénovation énergétique découlent des préconisations des diagnostiqueurs immobiliers à l’issue d’un DPE. Si la communication, le démarchage puis les aides et les incitations ont leur place dans la dynamique de la rénovation énergétique, n’oublions pas que le déclencheur demeure le plus souvent le DPE accompagné des préconisations éclairées du diagnostiqueur immobilier.

Le paradoxe de certains travaux de rénovation énergétique

Principalement axé sur la maison individuelle, le bilan publié, note que des travaux de rénovation énergétique ont été conduits dans 3,1 millions de maisons individuelles en 2019 soit 19% de ce parc. Toutefois, si 2,3 millions de ces maisons ont bien réduit leurs consommations en énergie finale, il a été constaté pour 800 000 maisons une augmentation de la consommation en énergie.

Ce paradoxe que des travaux financés en partie par des aides publiques puissent faire augmenter la consommation est expliqué notamment dans la pose d’équipements supplémentaires et notamment la pose d’un premier climatiseur.

On comprend alors pourquoi la PAC air /air n’est plus éligible aux aides d’état. Mais il est avéré qu’un ‘effet rebond’ puisse exister notamment dans le cas des climatiseurs qui, s’ils sont posés principalement pour des économies en chauffage en raison de leur COP (Coefficient Optimal de Performance), seront également employés pour le rafraîchissement dont les occupants se passaient jusqu’alors.

Un surcroît de consommation est alors constaté d’autant plus que le réchauffement climatique tend à inciter davantage de personnes à climatiser leur logement.

La décroissance marquée des opérations satellites

Si en 2016, les opérations de rénovation énergétique portant sur les systèmes de chauffage et de production d’ECS (Eau Chaude Sanitaire) ne représentaient que 47% des économies d’énergie réalisées, en 2019 ils représentaient 8 points de plus passant à 55%.

Cette progression dans les objectifs des donneurs d’ordre est encore plus prononcée dans le domaine de l’isolation des parois opaques (planchers, murs, plafonds…) passant de 27% des travaux d’économie d’énergie en 2016 à 46% en 2019. Cette variation s’inverse alors dans le domaine des parois vitrées (huisseries, vitrages…) passant elle de 46% en 2016 à seulement 18% en 2019.

Nul doute alors que les donneurs d’ordre effectuent de moins en moins de petites rénovations satellites promues par la publicité et le démarchage mais s’attaquent en force à l’amélioration des systèmes de chauffage et d’ECS ainsi qu’aux travaux portant sur l’enveloppe du bâtiment préconisés par des professionnels.

De ce changement de mentalité chez les donneurs d’ordre on ne peut que deviner un suivi des préconisations d’amélioration de la performance thermique qu’émettent les diagnostiqueurs immobiliers à l’issue du DPE.

A savoir : Le bilan signale qu’en maison individuelle le gain en économie d’énergie représente plus de 2 MWh/an par maison pour des travaux d’isolation (toiture, murs, planchers), plus de 5 MWh/an pour des remplacements de systèmes (chauffage, ECS) et seulement 0,6 MWh/an pour des travaux sur parois vitrées (fenêtres, portes, volets).

Bravo aux diagnostiqueurs mais ils ne sont pas les seuls

Un grand bravo aux diagnostiqueurs immobiliers qui ont parfois une image de mauvais rôle dans la synergie de la rénovation énergétique.

D’abord, ils sont souvent les premiers à intervenir lors du DPE, ensuite ils facturent leurs prestations (quand les donneurs d’ordre attendent des économies et espèrent des aides financières), puis ils annoncent bien souvent une classe de DPE (très) inférieure à celle espérée…

Mais leur action ne peut être ignorée dans la dynamique de la rénovation énergétique, la réduction des consommations en énergie et la diminution de l’empreinte environnementale du bâtiment. Alors s’il est vrai que ce sont surtout les différents programmes d’aides à la rénovation énergétique (CITE, CEE, ANAH, MaPrimeRénov’) qui stimulent les propriétaires (en plus du coût croissant des énergies), il ne faut pas dissocier la profession du diagnostic immobilier de cette synergie.

D’ailleurs, la mission donnée à un accompagnateur rénov’ n’est-elle pas une forme de validation des préconisations du diagnostiqueur immobilier assortie d’un contrôle de leur application et de leur réalisation ?

Donc même si à aucun moment ne figure une mention de diagnostics, diagnostiqueurs ou DPE dans le document ‘la rénovation énergétique des logements, bilan des travaux et des aides entre 2016 et 2019’, la profession y transparaît en filigrane (pour les connaisseurs tout au moins).

 


Newsletter



création site internet

Société anonyme au capital de 100 000 EUR | Immatriculée au RCS de Bayonne sous le numéro unique d'identification 490 097 888

Remonter